Le Rock, cet immortel.

Si Ian Dury était encore vivant, il aurait dû ajouter advertising à sa maxime bien connue Sex, drugs and rock ‘n’ roll. Je me permet de modifier l’une des phrase les plus mythiques de l’histoire de la musique car, et je ne pense pas être le seul, j’ai remarqué une certaine recrudescence au niveau de l’utilisation d’icônes issues du Rock.

C’est par contre d’un rock particulier dont il est question, puisque celui dont je vais vous parler aujourd’hui est le Rock des débuts. Le Rock qui a posé les bases. Le Rock qui a fait, et fait encore l’Histoire.

Séquence émotion terminée, faisons un tour d’horizon de ce qui me fait dire tout ça. Premièrement la série de sleeveface réalisés par Kitchen pour FNAC España, et qui utilise les deux monstres que sont Elvis et Jim Davis.

Jim
Jim

Passons ensuite sur l’un des print de la très belle campagne de Louis Vuitton, photographiée par Annie Leibovitz. Ce travail met en scène l’un de ceux qu’on appelle à tort papy du rock, mais qui est toujours dans le coup, j’ai nommé: Keith Richards, guitariste emblématique des Rolling Stones:

Keith Richards

Une jolie création d’Ogivly qui me permet de passer a une autre très bonne campagne, celle tout juste primée du grand prix Stratégie 2008, dont voici mon print préféré:

Ramones

Création pour Oui FM que nous devons à l’agence Leg. Le pied…

Le rock, est donc omniprésent dans la pub. A mon avis, ce dernier doit ce succès au pouvoir qu’il exerce sur plusieurs générations. Marketing transgénérationnel donc, je parie que nous allons en entendre parler de plus en plus souvent…

Ces trois campagnes visent à mon sens toutes les générations, ou au moins plusieurs. C’est leur point commun, en plus bien sur de cet immortel Rock ‘n’ roll.

ShareEmail this to someonePin on Pinterest0Share on Reddit0Tweet about this on TwitterShare on Tumblr0Share on Facebook9