La bourse plonge, la créativité décolle?

Sans pour autant vouloir en rajouter une couche, parlons aujourd’hui de la crise financière. Elle est en effet la star incontournable des médias depuis déjà quelques temps.

Plus ou moins tout le monde est conscient de l’état actuel des choses, je ne parle bien sûr pas des fondements et du mécanisme économique à la source de cette crise, mais des aboutissants de cette dernière. Pour faire gros: le chômage, la baisse du pouvoir d’achat, la bourse qui plonge, bref, le climat actuel est pour le moins morose.

Cette crise est présente dans tous les esprits et se trouve être un sujet inévitable, a moins d’être ermite. C’est notamment pour cet aspect collectif que les publicitaires surfent sur le phénomène. Tant que la situation n’est pas trop grave, c’est drôle.

Comme l’indique très bien Dean Crutchfield, un consultant en branding, “Les gens sont en difficulté mais c’est une opportunité trop énorme pour être manquée”.

Il est donc toujours possible de rire de tout, ou presque. C’est le cas avec la crise tant que les publicités restent éthiquement correctes et que les personnes exposées ne sont pas trop malmenées par la situation actuelle.

Je vous propose donc de voir si la créativité décolle lorsque la bourse plonge au travers de quelques exemples judicieux, osés ou déplacés.

Pour Denny’s, une chaine de restaurant proposant des petits déjeuners aux USA c’est clair:

Denny's crisis ad Qui va vous renflouer?

Avec son slogan jouant sur le terme bailout, très utilisé dernièrement pour décrire le plan de sauvegarde Paulson, Denny’s met en avant une offre de petit déjeuner à $4.

En France, la compagnie aérienne Transavia joue, elle aussi, sur le registre actuel pour vendre des billets Low Cost

Transavia joue sur la crise

En Chine, les publicitaires ne lésinent pas sur les moyens pour faire parler d’eux:

ils ont osé

Ce billboard, logiquement controversé a été réalisé dans le but de soutenir les ventes d’un centre commercial de Zhengzhou avec un message plutôt direct, pariant sur le “bon sens” des Chinois: Mieux vaut investir votre argent ici plutôt que sur les marchés financiers.

Autrement dit, consommez du concret et ne perdez pas votre argent inutilement. Autant vous dire que le mannequin pendu a suscité quelques légitimes réactions de chinois outragés ou paniqués.

Retournons en France avec ce travail pour Kleenex de l’agence Goodnews que vous avez pu voir sur Quietglover la semaine dernière (lire l’article correspondant)

Kleenex fait mouche

Au final, vous l’avez vu, il ne s’agit pas de créativité mais simplement d’opportunisme qui peut dans certain cas être à la source de réalisations intéressantes et dans d’autres, désastreuses.

Le fait de surfer sur l’actualité peut permettre de créer une certaine proximité entre la marque et le consommateur, mais je pense qu’il ne faut pas oublier certaines limites au delà desquelles un retour plus que négatif pourrait se faire sentir.

Sources: Grégory Pouy, New York Times, Right Brain Left Brain

ShareEmail this to someonePin on Pinterest0Share on Reddit0Tweet about this on TwitterShare on Tumblr0Share on Facebook0