Puma : Foosball

Puma, sponsor de l’équipe italienne de football a profité d’une étape importante de l’équipe – le match de qualification face à l’Irlande – pour communiquer autour de sa campagne Love = Football créée pour la coupe du monde. La marque a assurément réalisé l’événement un peu loin du pays des Azzurri, la partie de babyfoot humain s’est en effet déroulée à Toronto, mais l’opé reste de mon point de vue cohérente puisqu’elle a eu lieu dans le quartier italien de la ville.

En plus de cette partie de baby humaine et de la distribution de cartons jaunes, Puma a brandé les verres, boites à pizza et vitres du restaurant El Diplomatico autour duquel s’est déroulé le dispositif. Une belle opé que Pierre a qualifié dans son article d’“intimiste”, ce qui n’est pas forcément le cas. J’utiliserai au moins le terme de local étant donné que l’événement a tout de même bénéficié d’une couverture média conséquente, notamment via la chaîne Citytv, et The Score, une chaîne sportive canadienne.

Les médias n’étaient – d’après Zak Mroueh, DC chez Zulu – pas prévenus de l’opé, et ce dans le but de capitaliser sur l’aspect naturel et spontané des retombées. Il semblerait que ça ait fonctionné, ainsi que l’a indiqué le DC à Marketingmag : “By being very creative we were able to stretch the campaign dollars immensely to get noticed”. L’expression to get noticed me semble tout à fait opportune, car c’est exactement ce qu’il se passe quand on fait dans le remarkable.

Agence : Zulu Alpha Kilo (site), Toronto
Déroulement : 9-10 octobre 2009
Sources : Creativity + Newswire.ca + Marketingmag

ShareEmail this to someonePin on Pinterest0Share on Reddit0Tweet about this on TwitterShare on Tumblr0Share on Facebook0
5 comments on “Puma : Foosball
  1. intéressant comme campagne de street marketing, c’est très bon pour l’image de la marque auprès du public qui était présent, celle hic, ça coûte assez chére pour toucher peu de personne, même si après tu tourne une vidéo de l’événement , ça n’a plus le même impact.

    Il aurait pû pousser le concept encore plus loin en créant un vrai match de baby-foot humain, pas seulement 2 lignes et faire jouer le public.
    Je retiens les cartons de l’arbitre, c’est un très bon moyen pour faire passer un message

  2. Je suis assez d’accord, cette opération paraît plus locale qu’intimiste. Finalement le meilleur therme n’est-il pas ethnocentrique ?
    Pour ce qui est des cartons jaunes, je les trouve drôles et racoleurs, mais je n’arrive pas à voir le lien qu’il peut y avoir entre “Ugly shoes” (par exemple) et Love = Football.

  3. @Pierre: Pour les cartons Jaunes c’est juste pour la blague, genre faute de goût. Je suis d’accord que ça n’est pas le côté le plus “love” du foot cependant ! Pour l’ethnocentrisme je dirai – peut être – sur le lieu de l’opé. Ce qui est certain c’est que je ne me sens pas exclu de l’opé du fait qu’il soit question d’italiens 🙂

Comments are closed.