Ikea : démonstration souterraine

Ikea s’est fait remarquer hier en remplaçant les sièges de 4 stations de métro parisiennes, exercice qu’elle réalise pour la première fois dans cet environnement apparemment très à la mode en 2010, mais qu’elle a déjà éprouvé dans d’autres lieux liés eux aussi aux transports, comme à la gare de Lyon et au Japon en 2008, ou encore à New-York en 2006.

Là où je trouve le stratagème très bon, c’est qu’il repose sur la réelle qualité – ou au moins le succès et la qualité perçue – des produits de la marque. Vous me direz, le nombre de campagnes faisant la promotion de produits en se basant sur des critères tangibles est élevé, mais les marques se permettant un tel coup sont rare : Offrir la possibilité de tester ses produits est un gage de confiance non négligeable de la marque envers ces derniers, ce qui rend – à mon sens – la prise de parole plus crédible, et je pense que la campagne touche juste grâce à cette stratégie.

Après, d’autres considérations entrent en jeu quand on réfléchi à ce que cette campagne peut impliquer. Dans le communiqué de presse notamment, la marque se vante de “squatter les quais” du métro, quand on sait qu’il y a beaucoup de gens qui y dorment, c’est très moyen (l’expression a en plus été largement reprise sous cette forme). Je me demande honnêtement comment une telle formulation a pu être validée par la marque. Il n’en demeure pas moins que lorsqu’on imagine la galère administrative et logistique que peut entrainer une telle opé, on ne peut que tirer notre chapeau à l’agence pour ce qui est de sa mise en place.

Agence : Ubi Bene (site|opés)
Déroulement : 11-24 mars
Sources : mail + Flickr + CBnews

10 comments on “Ikea : démonstration souterraine
  1. Clément président !

    Il est clair que faire son kakou sur les quais de métro alors qu’il y en a qui y dorment (et crève) ne peut être que le résultat de commerciaux qui n’y ont jamais mis les pieds.

    Je ne trouve pas ça très responsable…

  2. Ton analyse est juste. Cette campagne pourrait même être facilement détournée par Droit au Logement ou les Enfants de Don Quichotte. De l’ambient au guerilla, il n’y a qu’un pas…

  3. Je suis bien d’accord avec Cyril, remarquable mais pas responsable… Il faudrait que ces squatteurs et autres sans abris qui crèchent dans le métro parisien investissent les canap’. Un gros f*ck pour la marque… mais tjs autant de visibilité.

  4. +1 pour le côté vraiment pas responsable.
    Je trouve aussi que l’installation est un peu moins “wahou” que ce qui a pu être réalisé dans d’autres villes (l’habillage de la rame de métro par exemple)

  5. @ParisComLight: D’après ce qu’on m’a indiqué, les canap’s ne sont pas interdit aux clochards non plus. Après je n’ai pas été vérifier ce point.
    @Noémie: Oui, mais je crois qu’il faut prendre en compte la difficulté de mettre une telle opé en place, même si cela relève plus d’une considération côté agence que côté cible 🙂

Comments are closed.