Des bras arrachés pour The Wolfman

Les anglo-saxons ne sont pas du genre à rigoler lorsqu’il s’agit de mettre en place un PR Stunt. Par définition, un stunt doit de toute manière être assez remarkable pour que la presse s’en empare. Pour cela, surtout dans des pays où les tabloïds sont friands de ce genre d’événements, flirter, voire dépasser les limites peut être de mise. Les Anglais s’étaient ainsi fait remarqués au travers d’opés telles que celles pour Madworld et Resident Evil. Deux actions dont les produits mis en avant étaient une véritable main tendue, invitant les firmes de PR à proposer des exécutions sanguinolentes. Ce qui fût fait.

Qui dit exécution sanguinolente en pleine rue dit forcément retombées. Le débat sur l’impact de ces retombées –  Avec un traitement plutôt négatif de la part de la presse traditionnelle, plus laxiste par le web et les publications spécialisées – est interminable et ne sera pas abordé ici. Pas dans le corps du billet en tout cas.

On s’intéressera plutôt aux cousins de nos amis Anglais, les Néo-zélandais qui – lien de sang oblige – ne sont pas les derniers lorsqu’il est question de choquer sur la voix publique. Après les conséquences regrettables, mais efficaces en terme de visibilité, de l’opé Splinter Cell Conviction en avril dernier, c’est au tour de la promotion du DVD de The Wolfman de se faire épingler. Plutôt normal me direz-vous, puisque le film d’Universal est à la source d’un PR Stunt basé sur le même concept que celui des réalisations anglaises précédemment citées.

Des membres factices furent en effet déposés par l’agence de PR en charge de l’événement dans le centre ville d’Auckland. À la vision de ces derniers, un certain nombre de passants apeurés auraient tenté d’en savoir plus, ce qui alertât l’agence sur la situation. Une situation d’ailleurs assez classique dès lors que l’on joue avec les émotions des gens, en rendant notamment une opé trop réaliste.

Une situation assumée par l’agence

L’agence – normalement bien consciente des conséquences potentielles de son opé – a voulu calmer le jeu rapidement via un communiqué dans lequel elle reconnaît que ce stunt peut avoir choqué et confirme que les membres utilisés sont bien des faux. Ne rigolez pas, pour le stunt de Resident Evil, de vrais foies de poulet avaient été utilisés…

“Whilst gruesome looking and bloody, please be assured these severed limbs are not real, however we acknowledge that the shock people have been experiencing is.”

Mais ces excuses publiques n’ont pas empêché l’agence d’annoncer qu’elle n’arrêtera pas la campagne pour autant, et d’indiquer les rues qui accueilleront les membres arrachés dans la journée, afin que les personnes sensibles les contournent. Inutile pour faire éviter de mauvaises rencontres aux passants, mais suffisant pour se défendre en évoquant une erreur d’appréciation au cas où l’opé venait à déraper.

“If you have a squeamish disposition, please be aware that limbs will be placed from 4pm – 6pm today, on Vulcan Lane, The Viaduct, Quay Street and Ponsonby Road, so you may wish to avoid those areas.”

Quoi qu’il advienne, si l’on se met à la place de l’agence, communiquer de manière douce pour la promotion d’un film de Loup-garou aurait été compliqué, voire illogique, mais surtout peu propice à générer des retombées dans les médias. Le problème des PR Stunt, surtout lorsqu’ils sont très osés, c’est qu’ils se déroulent dans l’espace public. Ce qui implique, entre autres, des réactions n’étant pas toujours prédictibles, et il est malheureusement fort probable qu’un jour – comme cela a failli être le cas pour Splinter Cell Conviction – il ne soit plus question de faux cadavres, mais bien de vrais.

Agence : Uber PR & Communications
Déroulement : 11 juin 2010
Source : Scoop

3 comments on “Des bras arrachés pour The Wolfman

Comments are closed.